L’île d'Yeu

Images en cours de chargement
La côte sauvage|Photo OT de l'île d'YeuLe Vieux Château|Photo Rémi Jouan|Photo StelumaLa plage de la Belle Maison|Photo Emmanuel VrignaudPort-Joinville est le chef-lieu de la commune de l’île d'Yeu|Photo Roger MarcelL’île d'Yeu|

L'île d'Yeu

Au large des côtes vendéennes, l'île d'Yeu a su conserver une nature sauvage préservée. La circulation automobile est limitée et le vélo est un moyen de déplacement très populaire sur l'île. Sur la côte sauvage le Vieux Château, un château fort du XlVe siècle se dressant face à la mer, il aurait inspiré Hergé dans sa célèbre bande dessinée L'Ile Noire. Port-Joinville est le chef-lieu de la commune de l’île d'Yeu, c’est également le port d'entrée de l'île.

La découverte de l’île commence dès la traversée en bateau. Des liaisons maritimes régulières existent au départ de La Barre-de-Monts/Fromentine, puis saisonnières au départ de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Bref résumé d'histoire

L'île d’Yeu est occupée dès le Néolithique, des traces en témoignent tant sous la forme de roches gravées (cupules), que sous celle des mégalithes (dolmens, menhirs).

La fin du Vie siècle est caractérisée par l’évangélisation de Saint-Martin de Vertou, puis par l’établissement d’un monastère dédié à Saint-Hilaire. Les moines auraient contribué au défrichement de la forêt et à la mise en culture des terres.

L'île d'Yeu appartient successivement à de grandes familles qui déploient, selon les époques, un système de défense destiné à protéger la population des nombreuses incursions étrangères (espagnoles, hollandaises, anglaises). Il faut attendre 1356 pour voir l'apparition du château de pierre bâti sur un rocher. Plusieurs invasions en majorité anglaises eurent lieu entre le XVe et le XVIIe siècle. Dès la fin du XVIIIe les habitants développent la pêche au thon et feront de Port-Joinville le premier port thonier de la côte Atlantique.

Les monuments fortifiés

Le Vieux Château est un château-fort datant vraisemblablement du XIIe siècle. Il est construit sur un éperon rocheux de la côte sud de l'île. Il fut un refuge pour la population durant les nombreuses incursions, notamment anglaises, qui jalonnent son histoire. Il aurait inspiré à Hergé le château de Ben More, dans L'île Noire. La visite guidée de cette forteresse du Moyen-Age permet d’évoquer l’architecture militaire du XIVe au XVIIe siècle et les conditions de vie sur l’île sous l’ancien régime.

Le Fort de Pierre Levée est situé sur les hauteurs de Port-Joinville. La citadelle fut édifiée de 1858 à 1866 à l’emplacement d’un haut menhir. Elle servit tour à tour de prison d’Etat, de caserne, puis de lieu de détention pour le Maréchal Pétain de novembre 1945 à juin 1951.

Les sites préhistoriques

L'île d'Yeu comporte de nombreux menhirs, dolmens et pierres à cupules. Le dolmen des Petits Fradets (environ 3'000 av. J.-C.) et le dolmen de la Planche à Puare sont deux jolies tombes mégalithiques. Celle des Petits Fradets n'a conservé qu'une partie de sa structure, alors que celle de la Planche à Puare est intacte.

Les pierres à cupules (creusée dans de petites coupelles) sont des témoignages de la présence des hommes sur l’île d’Yeu en des temps reculés. Leur signification reste un mystère auquel la tradition orale locale a répondu par une jolie légende.

Les édifices religieux

La chapelle de la Meule domine depuis neuf siècles le petit port de la Meule est l’un des plus anciens témoignages religieux encore présents de l’île. Elle a été édifiée au XIe siècle.

L'église romane de Saint-Sauveur en granite gris domine Saint-Sauveur, l’ancienne capitale de l'île. Son clocher fut coiffé au XIIIe siècle d'une tour pyramidale tronquée de 17 mètres de haut qui servit longtemps de repère aux navigateurs.

L'église de Port-Joinville avec son curieux clocher, surmonté d'un campanile à bulbe, lui donne un air oriental, évocateur des voyages des long-courriers d'autrefois. Le transept gauche est occupé par un orgue monumental de 1500 tuyaux exécuté en 1996.

Les milieux naturels

L’île d’Yeu concentre sur ses 23 km² de terres des ambiances paysagères contrastées et une étonnante variété de milieux naturels propices à un dépaysement permanent.

La côte sauvage
La côte sauvage située au sud de l’île, rappelle les terres celtiques de Bretagne ou d’Irlande. Les falaises taillées dans le gneiss sont émoussées par l’érosion marine et abritent entre les criques, des plages de sable fin aux noms évocateurs : Belle Maison, l’anse des Fontaines, les Sabias, les Soux ou les Vieilles.  

La côte dunaire
La côte est douce et la perspective laisse apparaître une succession de plages adossées à un milieu dunaire où poussent le chardon bleu et le lys des sables. Ces plages sont dominées par des forêts de pins maritimes et de chênes verts. Elles sont également connectées à un réseau de marais qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux.

Les itinéraires passant par ce lieu

Infos pratiques :

Adresse :
85350 Port-Joinville

A savoir :
Office de Tourisme de l'île d'Yeu
Rue du Marché, 85350 L'île-d'Yeu
Tél. +33 (0)2 51 58 32 58

La visite est libre.
facebook
twitter
googleplus
linkedin