L’abbaye de Noirlac

Images en cours de chargement
L’abbaye de Noirlac|Photo Goldmund100L’abbaye de Noirlac|Le chevet et le transept|Photo PhR61La nef et le chœur|Photo Manfred HeydeLe cellier|Photo Manfred HeydeLa salle capitulaire|Photo Manfred Heyde

L’abbaye de Noirlac

Fondée au XIIe siècle, l'abbaye de Noirlac est une étape de la route Jacques-Coeur. Elle constitue un bel exemple de l'architecture monastique cistercienne dans la simplicité des formes architecturales qui appellent au renoncement : nudité de l’appareil de pierres, colonnes tronquées, ornements dépouillés des chapiteaux.

Construite en belle pierre blanche du pays et pourvue de magnifiques dallages, elle offre un cadre exceptionnel aux messes en grégorien, concerts et manifestations culturelles. En été l'abbaye de Noirlac accueille le festival de Noirlac, des rencontres internationales d'art vocal.

Bref résumé d’histoire

Construite à partir de 1150 par un petit groupe de moines venus de Clairvaux, l’abbaye de Noirlac est le reflet de l’ascétisme monacal de l’ordre cistercien fondé par Saint-Robert et développé par Saint-Bernard. Le choix d’un site éloigné du monde reprend la tradition très ancienne de la recherche du "désert", chère aux premiers ermites chrétiens d’Orient : le site de Noirlac est, à l’époque, un taillis marécageux, conforme aux exigences de la Règle cistercienne.

A partir du XVIe siècle jusqu’à la Révolution française, les quelques moines qui y résident se consacrent autant à la gestion des biens de la communauté qu’à la vie spirituelle. En 1791, l’abbaye est confisquée au titre des biens nationaux. Elle est occupée ensuite par une manufacture de porcelaine pendant une grande partie du XIXe siècle.

L’abbaye devient propriété du département du Cher en 1909 et fait l’objet d’une remarquable restauration. Elle retrouve le caractère authentique de son plan d’origine. Elle s’inscrit dans les voies de la modernité en passant commande de nouveaux vitraux contemporains à Jean-Pierre Raynaud.

L’église abbatiale

L'église est construite suivant les besoins de la liturgie cistercienne. Le chœur est peu profond, avec un seul autel, un chevet plat, deux chapelles latérales, de chaque côté ouvrant sur le transept. La nef accueillait successivement, les moines, les infirmes et malades, et les convers, les bas-côtés étaient réservés aux hôtes et aux serviteurs.

Dans son état actuel, le chevet est composé d'un chœur fermé par un mur plat encadré de deux contreforts. Lors de la restauration, l'étage nord, en mauvais état et récent, est supprimé, alors que l’étage sud, datant du XVIIIe siècle, est conservé et remis en état.

Le bâtiment des moines

La partie est du cloître est exclusivement réservée aux moines. Elle a subi d’importants remaniements au XVIIIe siècle. Le bâtiment compte deux niveaux, un rez-de-chaussée qui abrite la sacristie, la salle capitulaire, l'escalier des moines, le parloir et une salle dotée d'une cheminée identifiée au chauffoir.

L'étage était occupé par le dortoir des moines et par la chambre de l’abbé située au-dessus de la travée. Depuis, des chambres ont été aménagées. La salle capitulaire était réservée aux réunions du chapitre, et servait aussi de salle de lecture.

Les moines dormaient dans une salle commune jusqu'à ce que le pape Alexandre VI, autour des années 1500, autorise les moines à dormir dans des cellules. Les chambres sont ornées de boiseries et dotées d'une cheminée. Au rez-de-chaussée, une pièce longue de deux travées et dotée d'une cheminée, est identifiée comme l'infirmerie.

L'aile sud et le réfectoire

Le réfectoire est la partie centrale de l'aile sud. À l'est, lui sont accolées deux vastes salles. Au nord, il y avait les cuisines et le réfectoire des convers, aujourd'hui disparus. Le réfectoire des moines qui, à la suite de la restauration du XXe siècle, a retrouvé son volume originel. Les vestiges des banquettes sur lesquelles les moines prenaient leur repas le long des parois sont encore visibles.

Le bâtiment des convers

Ce bâtiment est le seul de l'aile des convers qui est conservé, la cuisine et un réfectoire spécifique ont disparu. Le rez-de-chaussée du bâtiment des convers est le cellier, où on stockait des réserves. L'étage du bâtiment servait de dortoir, la charpente est restaurée.

Les itinéraires passant par ce lieu

Infos pratiques :

Adresse :
Abbaye de Noirlac,18200 Bruère-Allichamps
Tel :
+33 (0)2 48 62 01 01

Tarifs :
Adulte : 7 €
Enfants (moins de 12 ans) : gratuit

Horaires :
du 1er février au 31 mars : 14h - 17h
du 1er avril au 31 octobre : 10h - 18h30
du 1er novembre au 23 décembre : 14h - 17h

A savoir :
Route Jacques Cœur

La visite est libre.
facebook
twitter
googleplus
linkedin