L’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Images en cours de chargement
L'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe|Photo Guy FrancisFresques sur le plafond|Photo TselineFresque de la nef de l'abbaye de Saint-Savin|Photo Guy Francis"Offrande d'Abel et Caïn" (détail de la fresque)|Photo KristobaliteUn des chapiteaux de l'église abbatiale|Photo Françoise ThurionCour intérieure de l'Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe|Photo Julien Palard

La «Sixtine romane»

Classée au patrimoine mondial de l'Unesco et surnommée la «Sixtine romane», l'abbaye poitevine de Saint-Savin-sur-Gartempe abrite un très bel ensemble de peintures murales romanes des XIe et XIIe siècles très complet, bien conservé et unique en Europe.

Bref résumé d'histoire

Fondée au IXe siècle, pillée par les Normands en 878, l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe a été reconstruite au XIe siècle en un temps record. Sur les conseils de Louis Le Pieux, Benoit d’Aniane réforme l’abbaye de Saint-Savin et y instaure la règle bénédictine. L’abbaye rayonne ainsi sur toute l’Aquitaine au milieu du IXe siècle. L’abbaye acquerra un prestige tel que des moines de Saint-Savin seront envoyés dans d’autres régions pour réformer et fonder de nombreux monastères et abbayes.

Les bâtiments conventuels n’ont pas pu résister aux ravages causés par les guerres de Religion. L’édifice monastique actuel date de la période du relèvement de l’abbaye par les moines bénédictins réformés de l’ordre de Saint-Maur vers 1680. C’est pourquoi, au style roman de l’abbatiale, se superpose, dans des volumes harmonieux, la facture classique du corps de bâtiment monastique.

L'église abbatiale

Alliant harmonie et sobriété, l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe frappe par l'ampleur de ses dimensions : 76 mètres de long, 31 m. pour le transept, 77 m. de haut pour la flèche. Elle est caractéristique de la maturité du style roman. L'abbatiale Notre Dame est connue pour ses peintures murales, mais elle est également une référence en architecture avec une nef visant à la magnificence. Elle crée une symbiose entre architecture et peinture murale, chapiteaux et autels, une alliance qui confère aux églises romanes leur caractère incomparable.

Les peintures

L’ensemble roman abrite un cycle remarquable de peintures murales datant de 1080-1110 et inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Elles ont été peintes directement sur les murs par un procédé intermédiaire entre la fresque et la détrempe. Les couleurs employées sont peu nombreuses, ocre jaune, ocre rouge et le vert, mélangées au blanc et au noir.

Les peintures murales représentent uniquement des scènes de l'Ancien Testament issues des deux premiers livres du Pentateuque : la Genèse et de l'Exode. Elles se lisent comme un grand livre. Deux registres de peinture se déploient de chaque côté d'une frise qui divise la voûte dans toute sa longueur.

Le bâtiment conventuel

Le bâtiment conventuel fut construit à partir de 1682, à la demande des moines de la congrégation de Saint-Maur, par l'architecte François Le Duc. Le plan obéit à la disposition traditionnelle des monastères bénédictins. Le rez-de-chaussée accueille le réfectoire, la salle capitulaire et la cuisine. A l'étage, se trouvent les cellules des moines. Toutes les fenêtres sont disposées selon un alignement classique du XVIIe siècle.

L'escalier monumental, dont les piliers sont soutenus par des colonnes toscanes, permettait aux moines de se rendre directement au premier étage dans les cellules. Le réfectoire, contigu aux deux autres salles, a été en partie construit sur la salle capitulaire du XIIIe siècle. Le cloître, pourtant prévu dans le projet de 1675, n'a pas été construit par manque d'argent.

Infos pratiques :

Adresse :
Place de la Libération,86310 Saint-Savin
Tel :
33 (0)5 49 84 30 00

Tarifs :
Adulte : 6 €
Gratuit jusqu’à 12 ans

Horaires :
Juillet et août : tous les jours de 10h à 19h.

La visite est libre. Visite guidée.
facebook
twitter
googleplus
linkedin