Dossier(s) : Personnages > Personnages Epoque Moderne > Rousseau, Jean-Jacques > Les lieux rousseauistes > 

Rousseau à Paris


© Incoprom, Genève et Institut de France, Paris


article précédent article suivant

 



Paris, le Palais Royal
© Collection Jean-Jacques Monney, Genève

C'est au cours de l'été 1737 que Jean-Jacques Rousseau arrive à Paris, après son vagabondage en Suisse ; mais ce n'est qu'en juillet 1742 qu'il prend vraiment contact avec la capitale intellectuelle de l'Europe. Après divers séjours, il ne la quittera qu'en 1756, pour l'Ermitage à Montmorency, et n'y reviendra que quatorze ans plus tard.

La vision rousseauiste de Paris est foncièrement critique - la capitale ruine le pays, elle concentre la corruption morale et politique de l'époque :
"On dit que la ville de Paris vaut une province au roi de France ; moi je crois qu'elle lui en coûte plusieurs, que c'est à plus d'un égard que Paris est nourri par les provinces, et que la plupart de leurs revenus se versent dans cette ville et y restent, sans jamais retourner au peuple ni au roi ".
(Emile)

Paris ruine le bonheur qu'Emile et Sophie sont parvenus à construire :
"Comment vous parler des deux ans que nous passâmes dans cette fatale ville, et de l'effet cruel que fit sur mon âme et sur mon sort ce séjour empoisonné". (Emile)

Toutefois, du fait même du luxe et des inégalités qu'elle exacerbe, la capitale peut seule former le goût d'Emile :
"Il n'y a pas peut-être à présent un lieu policé sur la terre où le goût général soit plus mauvais qu'à Paris. Cependant c'est dans cette capitale que le bon goût se cultive, et il paraît peu de livres estimés dans l'Europe dont l'auteur n'ait été se former à Paris (...) Si vous avez une étincelle de génie allez passer une année à Paris. Bientôt vous serez tout ce que vous pouvez être, ou vous ne serez jamais rien".


article précédent article suivant
 
Pour en savoir plus
Emile




 
Personnages liés

Rousseau, Jean-Jacques


 
Périodes liées

Epoque moderne
Les Lumières